Rechercher
  • sandra

[Vélodyssée. Jour 14.]

Dernière mise à jour : août 23

La Rochelle - Jard sur mer



J’ai quitté les garçons. On s’est pris dans les bras et on s’est dit à bientôt pour de vrai. J’ai remercié Fabien pour cette journée improbable, j’ai dit si tu viens à Fontainebleau, t’as intérêt à me prévenir. Ils m’ont prise en photo quand je suis montée sur mon vélo et j’ai eu la sensation d’être un peu leur petite protégée.

J’ai repris la route, le cœur en solitude mais rempli d’étincelles pour mes futurs feux de joie.

J’ai roulé jusqu’à Marans, et puis une fois que j’ai eu dépassé cette ville, j’ai croisé la route de Jean Claude.

Une première fois.

J’étais en train de prendre une photo, il est passé devant moi, on s’est dit bonjour. Poliment. Comme deux cyclistes bien élevés.

Et puis, un peu plus loin, je l’ai à nouveau croisé. Il enfilait son k-way parce que la pluie se remettait à tomber.

On a échangé deux mots sur la météo puis trois ou quatre sur le voyage à vélo et un peu plus pour se raconter d’où on venait.

J’ai continué à rouler à côté de lui, on a bavardé de tout et de rien mais surtout de vélo.

Il m’a dit qu’une de ses filles allait être instit, j’ai dit ah bah ça tombe bien moi aussi je suis instit!

Alors, on a bavardé de tout et de rien mais surtout d’école et j’ai continué à rouler à côté de lui.

Et puis, à force de rouler côte à côte, on a fini par passer la journée ensemble.

Il est passé vite ce vent de face en sa compagnie.

Les grandes lignes droites aussi.

On a ri du paysage pas formidable et du temps qu’ii nous a fallu pour trouver de quoi déjeuner.

Une fois quatorze heures passées, les restaurants ne servaient plus et étaient désolés. Nous aussi.

On s’est finalement rabattus sur une bicoque en bois qui proposait des hot-dog, des bagels et des frites. On a commandé deux grandes pintes et j’ai eu une pensée pour Lorraine. Je me suis dit que j’allais jamais pouvoir pédaler encore toute l’aprem avec ça.

En fait si, j’ai pu.

Jean-Claude n’a pas voulu que je paye, il a dit c’est pour moi, ça me fait plaisir et moi, j’étais un peu gênée.

Après manger, il m’a demandé s’il pouvait continuer la route avec moi, il a dit c’est comme tu veux, je ne veux pas m’imposer. J’avais plutôt l’impression que c’était moi qui m’imposais dans sa solitude. Il avait eu envie, besoin, de partir seul et moi je lui déversais mes histoires dans les oreilles depuis deux heures.

On a décidé d’aller voir la Tranche sur mer et même un peu plus loin si nos jambes le permettaient.

Elle ont permis.

On a carrément bien roulé.

A deux on va plus vite, on va plus loin, tu te souviens?

On a dépassé la Tranche, on a trouvé un petit camping avec le code wifi et deux étoiles, on a ri car le patron du camping avait vraiment l’air d’y tenir à son code wifi. On a installé nos tentes puis on est allés en bord de mer manger des moules frites pas si moules que ça. En rentrant on avait froid alors on a fait la course, Jean Claude a sprinté droit devant mais je crois qu’il m’a laissée gagner.

Enfin, en vrai j’y étais presque, presque.

C’était une très chouette journée.

Il m’a parlé d’un tas de parcours vélo que je pourrais faire par la suite, il m’a prise en photo plein de fois, il a dit c’est pour ton blog.

Et puis, il a dit, tu sais tu devrais peut être prendre une année sabbatique et faire un grand voyage à vélo et lorsqu’il a prononcé ces mots, c’est comme si une lumière dorée s’était allumée au fond de mon sourire, je crois qu’il a déposé une petite graine quelque part dans mon envie.

Il a l’âge d’être mon père, j’ai l’âge d’être sa fille, à peu près, mais on a déconné comme deux bons copains.

C’était une très simple journée, une journée faite d’efforts partagés et d’une synergie naturelle.

On aurait pu échanger des banalités

et continuer notre route l’un derrière l’autre. On a préféré la faire côte à côte.

Sans le savoir, en ne me laissant pas filer, lui aussi est venu apporter sa petite pièce à ma fontaine porte bonheur.

Tu sais, celle où il faut faire un vœu.


39 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout