Rechercher
  • sandra

[Vélodyssée. Jour 10.]

Dernière mise à jour : août 23

Châtelaillon - La Rochelle



On a mis nos robes pour l’occasion.

Aujourd’hui, c’était notre dernier jour ensemble. Il nous restait 15 kilomètres avant d’atteindre La Rochelle, la destination finale de Lorraine, alors on a mis nos robes.

Et j’ai pris des photos.

De nous avec nos robes.

On est arrivées à La Rochelle avec vue sur les deux tours, la ville nous a accueillies avec un décor de carte postale pour nous féliciter, je crois, et nous souhaiter la bienvenue, aussi.

On s’est dit qu’on avait une bière de rituel à rattraper alors on a posé nos vélos et on est allées remettre les compteurs à zéro. Aujourd’hui on a pris le temps.

Le temps de manger, le temps de flâner et de boire des cafés, le temps de bailler et de se rendre compte qu’on était quand même un peu fatiguées.

Et puis, quand on a eu fini d’épuiser nos pas perdus, on a repris nos vélos pour aller chez Stéphanie.

Stéphanie c’est notre hôte de ce soir. Stéphanie c’est la cousine de Sandy, une copine que je devais retrouver dans un bar de La Rochelle en fin de journée et qui a fait jouer son réseau pour nous. Elle a demandé à sa cousine si elle pouvait nous héberger et elle a dit oui.

Ce soir, grâce à elles, on dort dans un vrai lit.

Un vrai lit les gars. Avec des draps. Et même des oreillers.

Stéphanie nous a cuisiné des seiches et un risotto aux salicornes.

Des seiches les gars. Avec un risotto. Avec des salicornes.

Pendant le repas, elle nous a raconté comment la vie, à 33 ans, a décidé de la mettre à l’épreuve. Elle nous a raconté et moi j’ai pris conscience de ce que ça pouvait représenter pour elle, en terme d’efforts et de fatigue, d’accueillir deux étrangères chez elle. Et pourtant, elle a dit oui. Sans se poser de questions.

Et elle nous a cuisiné un risotto.

Et elle nous a offert son histoire.

Je vais avoir 35 ans, alors évidemment, quand j’entends des récits de vie bousculée, si tôt, si jeune, j’ai le ventre qui se contracte et cette aventure, que je suis en train de vivre, prend davantage de poids, davantage de sens. Je crois que ces rencontres, qui ont jalonné mon parcours jusqu’à maintenant, ne sont pas complètement le fruit du hasard. Je crois qu’elles se sont mises d’accord pour me rappeler l’incertitude de l’être et la force du présent.

On a retrouvé Sandy, son amoureux et ses enfants dans un bar super chouette. C’est un ancien bateau réaménagé et je crois que c’était le décor idéal pour cette fin de journée. On a bu des verres, on s’est raconté des histoires, on a étoffé des liens, encore un peu plus, on en a créé de nouveaux.

C’était simple et fluide et doux.

Demain matin, je vais accompagner la gosse à la gare avant de continuer ma remontée vers Nantes.

Demain matin ça ne va peut être pas être simple. Ni fluide.

Mais ce sera encore un peu doux.



36 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout